Céléb. de la Consécration - FRATERNITÉ MARIALE MONTFORTAINE

Search
Aller au contenu

Menu principal :

Céléb. de la Consécration

Prières
 
 
 

 Célébration
de la « Consécration de soi-même
à Jésus-Christ, la Sagesse Incarnée,
par les mains de Marie, dans l’Esprit Saint »
19 mars 2016
Jour de la fête de Saint Joseph

Fraternité Mariale Montfortaine (FMM)
Centre Saint Laurent-sur-Sèvre




I. Fonts Baptismaux



La célébration commence autour des fonts baptismaux.


Introduction

Célébrant : Signe de Croix et Salutation

Lecteur 1 :

Dans son Traité de la vraie Dévotion à la Sainte Vierge,
Saint Louis-Marie de Montfort nous dit, à nous les baptisés :
« Ils auront une  singulière dévotion pour le  grand mystère de l'Incarnation du Verbe, le 25 de Mars, qui est le propre mystère de cette dévotion, parce que cette dévotion a été inspirée du Saint-Esprit :
-  pour honorer et imiter la dépendance ineffable que Dieu le Fils a voulu avoir de Marie pour la gloire de Dieu son Père et pour notre salut...
- pour remercier Dieu des grâces incomparables qu'il a faites à Marie et particulièrement de l'avoir choisie pour sa très digne Mère, lequel choix a été fait dans ce mystère... » (VD 243).

lecteur 2 :

Notre célébration de cet après-midi sera aussi prière et invocation à Marie pour lui demander la grâce de la fidélité à la dépendance de son Fils, dans laquelle le Baptême nous a constitués. Que nous y aide la divine Sagesse à qui, aujourd’hui, nous allons nous consacrer par les mains de Marie.

Aujourd'hui nous fêtons Saint Joseph qui a « pris Marie chez lui ». A la suite de cet « homme juste » et « en présence de toute la cour céleste », nous aussi, nous prenons Marie chez nous en faisant notre première Consécration ou en la renouvellant.


Chant d’ouverture : invocation du Saint Esprit

R/ Viens, Esprit de sainteté,
viens, Esprit de lumière,
Viens, Esprit de feu,
viens, nous embraser.

1 - Viens, Esprit du Père, sois la lumière,
Fais jaillir des cieux ta splendeur de gloire.

2 - Viens, onction céleste, source d'eau vive,
Affermis nos cœurs et guéris nos corps.

6 - Témoin véridique, tu nous entraînes
A proclamer : Christ est ressuscité !



Louange au Seigneur

Célébrant : Saint Louis-Marie de Montfort se fait une haute idée de l'amour de Dieu pour l'homme et l'exprime de mille manières dans l'Amour de la Sagesse Éternelle' (ASE).

Lecteur 1 : « Tout dans l'homme était lumineux, sans ténèbres, beau sans laideur, pur sans souillures, réglé sans désordre et sans aucune tache ni imperfection. Il avait pour apanage la lumière de la Sagesse dans son esprit... Il avait la grâce de Dieu dans son âme ; il était innocent et agréable aux yeux du Très-Haut » (ASE 38).

Lecteur 2 : « Il avait dans son corps l'immortalité. Il avait le pur amour de Dieu dans son cœur... Enfin, il était si divin qu'il était continuellement hors de lui-même, transporté en Dieu, sans qu'il eût aucune passion à vaincre ni aucun ennemi à combattre » (ASE 38).

Célébrant : Avec Saint Louis-Marie et dans son esprit, tournons-nous   vers le Verbe de Dieu, Seigneur et Créateur du monde, pour lui rendre grâce de ses bienfaits envers nous qui avons été baptisés en Lui :

1. De toi, Seigneur, nous attendons la vie,
Que ma bouche chante ta louange.
Tu es pour nous un rempart, un appui,
Que ma bouche chante ta louange.
La joie du cœur vient de toi ô Seigneur,
Que ma bouche chante ta louange.
Notre confiance est dans ton nom très saint !
Que ma bouche chante ta louange.

R/ Sois loué Seigneur, pour ta grandeur,
Sois loué pour tous tes bienfaits.
Gloire à toi Seigneur, tu es vainqueur,
Ton amour inonde nos cœurs.
Que ma bouche chante ta louange.

Tous . « O Sagesse éternelle et incarnée ! ô très aimable et adorable Jésus, vrai Dieu et vrai homme, Fils unique du Père éternel et de Marie toujours Vierge ! » (ASE 223).

2. Seigneur, tu as éclairé notre nuit,
Que ma bouche chante ta louange.
Tu es lumière et clarté sur nos pas,
Que ma bouche chante ta louange.
Tu affermis nos mains pour le combat,
Que ma bouche chante ta louange.
Seigneur tu nous fortifies dans la foi !
Que ma bouche chante ta louange.

Tous : « Je vous adore profondément dans le sein et les splendeurs de votre Père pendant l'éternité et dans le sein virginal de Marie, votre très digne Mère, dans le temps de votre incarnation » (ASE 223).

3. Tu viens sauver tes enfants égarés,
Que ma bouche chante ta louange.
Qui dans leur cœur espèrent en ton amour,
Que ma bouche chante ta louange.
Dans leur angoisse, ils ont crié vers toi,
Que ma bouche chante ta louange.
Seigneur tu entends le son de leur voix !
Que ma bouche chante ta louange.

Tous : « Je vous rends grâce de ce que vous vous êtes anéanti vous-même, en prenant la forme d'un esclave, pour me tirer du cruel esclavage du démon. Je vous loue et glorifie de ce que vous avez bien voulu vous soumettre à Marie, votre sainte Mère, en toutes choses, afin de me rendre par elle votre fidèle esclave » (ASE 223).

4. Des ennemis, toi tu m´as délivré,
Que ma bouche chante ta louange.
De l´agresseur, tu m´as fait triompher,
Que ma bouche chante ta louange.
Je te rends grâce au milieu des nations,
Que ma bouche chante ta louange.
Seigneur, en tout temps, je fête ton Nom !
Que ma bouche chante ta louange.

R/ Sois loué Seigneur, pour ta grandeur,
Sois loué pour tous tes bienfaits.
Gloire à toi Seigneur, tu es vainqueur,
Ton amour inonde nos cœurs.
Que ma bouche chante ta louange.




Démarche de pardon

Célébrant :
Saint Louis-Marie avait un regard sévère pour l'homme et la femme, créatures de Dieu... fils et filles d'Adam et d'Eve... « gâtés, aigris... corrompus... nourris dans le péché ... n'ayant dans notre fond que le néant et le péché... » (VD 79).

Lecteur 1-
« Faut-il s'étonner si Notre Seigneur a dit que celui qui voulait le suivre devait renoncer à soi-même... » (VD 80).

Lecteur 2-
« Il faut donc nous vider de nous-mêmes et tous les jours, mourir à nous-mêmes... Si le grain de froment tombant en terre ne meurt... nous devenons inutiles, toutes nos œuvres de justice seront souillées par notre amour-propre... » (VD 81).
Reconnaissons que nous sommes pécheurs.
R/ Lave-moi, Seigneur mon Dieu, purifie-moi, prends pitié de moi.

Tous : « Mais hélas, ingrat et infidèle que je suis, je ne vous ai pas gardé les vœux et les promesses que je vous ai si solennellement faits dans mon baptême » (ASE 223).
R/ Lave-moi, Seigneur mon Dieu, purifie-moi, prends pitié de moi.

Tous : « Je n'ai point rempli mes obligations ; je ne mérite pas d'être appelé votre enfant ni votre esclave. Et comme il n'y a rien en moi qui ne mérite vos rebuts et votre colère, je n'ose plus par moi-même, approcher de votre sainte et auguste majesté » (ASE 223).
R/ Lave-moi, Seigneur mon Dieu, purifie-moi, prends pitié de moi.


L’intercession de la Vierge Marie

Célébrant :
Il reste que l'Amour de Dieu pour l'homme n'a pas été vaincu par son péché. Dans chaque homme, le Verbe veut se faire chair pour habiter en nous. Le recul ou l'avance du règne de Dieu dépend de notre participation à ce mystère, de notre dévotion envers lui.
« Il faut choisir parmi toutes les dévotions à la Très Sainte Vierge, celle qui soit la meilleure et la plus sanctifiante... Il est plus parfait, parce qu'il est plus humble, de n'approcher pas de Dieu par nous-mêmes, sans prendre un médiateur... » (VD 82).

Lecteur 1- « Disons donc hardiment, avec saint Bernard, que nous avons besoin d'un médiateur auprès du Médiateur même et que la divine Marie est celle qui est la plus capable de remplir cet office charitable » (VD 85).

Lecteur 2-
« Il n'a jamais été ouï dire, depuis que le monde est monde, qu'aucun ait eu recours à la Sainte Vierge avec confiance et persévérance, et en ait été rebuté » (VD 85).

Tous : « C'est pourquoi j'ai recours à l'intercession et à la miséricorde de votre très sainte Mère, que vous m'avez donnée pour médiatrice auprès de vous » (ASE 223).
R/ Sainte Marie, mère de Dieu,
priez pour nous, pauvres pécheurs,
maintenant et à l´heure de notre mort.
Amen, Amen, A-men !


Tous : « Et c'est par son moyen que j'espère obtenir de vous la contrition et le pardon de mes péchés, l'acquisition et la conservation de la Sagesse » (ASE 223).
R/ Sainte Marie, mère de Dieu,
priez pour nous, pauvres pécheurs,
maintenant et à l´heure de notre mort.
Amen, Amen, A-men !



L’aspersion & la Procession vers L'autel

Celui qui préside peut s’asperger lui-même puis asperger tous les présents avec l’eau bénite, en disant :

Ravive en nous, Dieu tout puissant, par cette eau bénie,
le souvenir de notre Baptême
et l’adhésion au Christ le Seigneur,
né de la Vierge Marie, crucifié et mort pour notre salut. Amen !

Le diacre / le prêtre avec le livre des Evangiles ouvre la petite procession, tout le monde prend place dans les rangs devant l’autel en chantant : Réveille les sources de l'eau vive.

Réveille les sources de l'eau vive
Qui dorment dans nos cœurs
Toi, Jésus qui nous délivres
Toi, le don de Dieu.

 1 - Au passant sur la route
Tu demandes un verre d'eau
Toi, la source de vie.
2 - Au passant sur la route
Tu demandes un mot d'espoir
Toi, parole qui libère.
3 - Au passant sur la route
Tu demandes une lumière
Toi, soleil de vérité.
4 - Au passant sur la route
Tu demandes une amitié
Toi, l'amour venu du Père.
5 - Au passant sur la route
Tu demandes un peu de pain
Toi, festin des affamés.
6 - Au passant sur la route
Tu demandes un cri de joie
Toi, Jésus ressuscité.

 

II. Devant L’autel
(Parole de Dieu, Exposition du Saint Sacrement, Consécration)



Prions le Seigneur :

Dieu très haut, en envoyant l’Esprit Saint dans le sein de la Vierge,
tu as formé en elle et par elle ton Fils Jésus ; écoute notre prière.
Donne à nous aussi de devenir de vrais fils de Marie,
afin que engendrés, nourris et éduqués par elle,
nous puissions rejoindre la plénitude de la maturité du Christ
qui vit et règne pour les siècles des siècles. Amen !

La proclamation de la Bonne Nouvelle

Célébrant :

« La dévotion à la Sainte Vierge, écrit le Pape Jean Paul II, est un moyen privilégié (il cite le père de Montfort) pour trouver Jésus parfaitement, pour l'aimer tendrement, pour le servir fidèlement » (VD 62). La vraie dévotion mariale est christocentrique. En fait, comme le rappelle le Concile Vatican II, « l'Eglise, ... contemplant Marie à la lumière du Verbe fait homme, pénètre avec vénération plus profondément dans le très haut mystère de l'Incarnation » (LG 65).
Ce mystère est pleinement apparu le jour de Noël. L'Evangile nous rappelle le fait avec une grande simplicité. Accueillons la Parole de Dieu qui vient à nous et chantons :

R/ Que vive mon âme à Te louer!
Tu as posé une lampe,
Une lumière sur ma route,
Ta parole Seigneur (bis)



Le diacre / le prêtre :   Le Seigneur soit avec vous
R/ Et avec votre esprit
  Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc (2, 1-14)
R/ Gloire à toi Seigneur !


En ces jours-là,
parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre
– ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. –
Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine.
Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée,
jusqu’à la ville de David appelée Bethléem.
Il était en effet de la maison et de la lignée de David.
Il venait se faire recenser avec Marie,
qui lui avait été accordée en mariage et qui était enceinte.
Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli.
Et elle mit au monde son fils premier-né ;
elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire,
car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.
Dans la même région,
il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs
pour garder leurs troupeaux.
L’ange du Seigneur se présenta devant eux,
et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière.
Ils furent saisis d’une grande crainte.
Alors l’ange leur dit :
« Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle,
qui sera une grande joie pour tout le peuple :
Aujourd’hui, dans la ville de David,
vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur.
Et voici le signe qui vous est donné :
vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »
Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable,
qui louait Dieu en disant :
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux,
et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »

Acclamons la Parole de Dieu !
R/ Louange à toi, Seigneur Jésus !


Louange à « Marie Immaculée »

Célébrant :
Louange aussi à Marie qui, ce jour de Noël, a donné à l'humanité le Sauveur.

Tous : « Je vous salue donc, ô Marie immaculée, tabernacle vivant de la divinité, où la Sagesse éternelle veut être adorée des anges et des hommes » (ASE 224).
R/ Réjouis-toi, Marie, toute aimée de Dieu, réjouis-toi, Mère de Dieu !

Tous : « Je vous salue, Reine du ciel et de la terre, à l'empire de qui tout est soumis, tout ce qui est au-dessous de Dieu » (ASE 224).
R/ Réjouis-toi, Marie, toute aimée de Dieu, réjouis-toi, Mère de Dieu !

Tous : « Je vous salue, ô refuge assuré des pécheurs, dont la miséricorde n'a manqué à personne ; exaucez les désirs que j'ai de la divine Sagesse et recevez pour cela les vœux et les promesses que ma bassesse vous présente » (ASE 224).
R/ Réjouis-toi, Marie, toute aimée de Dieu, réjouis-toi, Mère de Dieu !

Célébrant
: Vous êtes pleine de grâce, vous avez donné Dieu au monde et l'Eglise ne cesse de répéter votre geste lorsqu'elle célèbre l'Eucharistie.
Nous honorons la présence sacramentelle de Jésus qui vient à nous dans son Eucharistie et nous l'adorons.

L’exposition du Saint - Sacrement

Chant : À l’Agneau de Dieu

Élevé à la droite de Dieu,
Couronné de mille couronnes,
Tu resplendis, comme un soleil radieux ;
Les êtres crient autour de ton trône :

À l’Agneau de Dieu soit la gloire,
À l’Agneau de Dieu, la victoire,
À l’Agneau de Dieu soit le règne, pour tous les siècles, Amen !

L’Esprit saint et l’épouse fidèle
Disent "Viens !", c’est leur cœur qui appelle.
Viens, ô Jésus, toi l’époux bien-aimé ;
Tous tes élus ne cessent de chanter :

Tous les peuples et toutes les nations,
D’un seul cœur, avec les milliers d’anges,
Entonneront en l’honneur de son nom,
Ce chant de gloire, avec force et louange :


Silence


Célébrant :
C'est devant la présence eucharistique du Fils de Marie que nous renouvelons, entre ses mains à elle, les vœux de notre baptême par lesquels nous nous sommes entièrement donnés et consacrés à Jésus, Sagesse éternelle et incarnée.
Frères et sœurs,
que le feu de l’Esprit Saint qui a enveloppé le cœur de la Vierge à l’heure de l’Incarnation, envahisse aussi notre vie et la consume en oblation spirituelle.
Au Christ par les mains de Marie, que se lève comme encens notre offrande.


Ma Consécration à Jésus par Marie

Celle et celui qui fait sa première consécration peut poser quelques grains d’encens dans le feu, en se mettant à genou devant le Saint Sacrement, en prenant un petit temps de cœur à cœur avec Jésus. Pendant ce temps là, on chante :

Me voici, me voici, Seigneur tu m’appelles
Me voici, me voici, qu’en moi soit faite ta volonté

Tous :
« Moi, N....
[celle et celui qui fait sa Consécration la première fois dit son prénom ;
celles et
ceux qui la renouvellent le disent dans leurs coeurs],

pécheur infidèle,
je renouvelle et ratifie aujourd'hui entre vos mains
les vœux de mon baptême :
je renonce pour jamais à Satan,
à ses pompes et à ses œuvres,
et je me donne tout entier à Jésus-Christ, la Sagesse incarnée,
pour porter ma croix à sa suite,
tous les jours de ma vie,
et afin que je lui sois plus fidèle que je n'ai été jusqu'ici.

Je vous choisis aujourd'hui,
en présence de toute la cour céleste,
pour ma Mère et Maîtresse.
Je vous livre et consacre, en qualité d'esclave,
mes biens intérieurs et extérieurs,
et la valeur même de mes bonnes actions
passées, présentes et futures,
vous laissant un entier et plein droit
de disposer de moi et de tout ce qui m'appartient
sans exception,
selon votre bon plaisir,
à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l'éternité
» (ASE 225).

R/ Je suis tout à toi, Marie, Vierge sainte,
Tout ce que j’ai est tien, Marie, Vierge pure,
Sois mon guide en tout, Marie, notre Mère.


Tous :
« Recevez, ô Vierge bénigne, cette petite offrande de mon esclavage en l'honneur et union de la soumission que la Sagesse éternelle a bien voulu avoir de votre maternité ; en hommage de la puissance que vous avez tous deux sur ce petit vermisseau et en action de grâces des privilèges dont la Sainte Trinité vous a favorisée » (ASE 226).

R/ Je suis tout à toi, Marie, Vierge sainte,
Tout ce que j’ai est tien, Marie, Vierge pure,
Sois mon guide en tout, Marie, notre Mère.


Tous :
« Je proteste que je veux désormais comme votre véritable esclave, chercher votre honneur et vous obéir en toutes choses.
O mère admirable ! Présentez-moi à votre cher Fils en qualité d'esclave, afin que m'ayant racheté par vous, il me reçoive par vous » (ASE 226).

R/ Je suis tout à toi, Marie, Vierge sainte,
Tout ce que j’ai est tien, Marie, Vierge pure,
Sois mon guide en tout, Marie, notre Mère.


Célébrant : Demandons à Jésus-Christ, le Fils de la Vierge Marie, le Fils de Dieu, présent en son Eucharistie, d'agréer notre offrande et de la bénir. Nous chantons ensemble le Tantum ergo.

Tantum ergo Sacramentum
Veneremur cernui:
Et antiquum documentum
Novo cedat ritui:
Præstet fides supplementum
Sensuum defectui.

Genitori, Genitoque
Laus et jubilatio,
Salus, honor, virtus quoque
Sit et benedictio:
Procedenti ab utroque
Compar sit laudatio.
Amen !

Célébrant : Prions le Seigneur :

Dieu notre Père,
nous croyons et nous   affirmons que ton Fils Jésus,
né pour nous de la Vierge Marie
est présent dans le sacrement de l'Eucharistie ;
fais-nous trouver à cette source divine notre salut pour toujours.
Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen !


La Bénédiction du Saint Sacrement

Après la bénédiction :
R/ Jésus, adoramus te,
Jésus, adoramus te,
Jésus, adoramus te,
Adoramus te.


Béni sois-Tu, Dieu notre Père (récité)

Célébrant : Béni soit Dieu notre Père.
Tous: Béni soit le Christ, son Fils et notre Frère.
Béni soit l'Esprit-Saint qui nous fait vivre.
Tous: Béni soit le Christ qui s'est fait notre pain.
Béni soit le Christ qui nous a aimés jusqu'à la mort.
Tous: Bénie soit Marie, la mère du Christ et la nôtre.
Bénie soit la Vierge toute pure et toute belle.
Tous: Béni soit saint Joseph qui a nourri de son travail, Jésus et Marie.
Bénis soient tous nos frères les saints.


Célébrant : Que Notre Dame intervienne près de son Fils pour nous obtenir la grâce de la fidélité à nos promesses du baptême.

Tous : « O Mère de miséricorde, faites-moi la grâce d'obtenir la vraie Sagesse de Dieu et de me mettre pour cela au nombre de ceux que vous aimez, que vous enseignez, que vous nourrissez et protégez comme vos enfants et vos esclaves » (ASE 227).
R/ Toi, Notre Dame, nous te chantons ; Toi, notre Mère, nous te prions !

Tous : « O Vierge fidèle, rendez-moi en toutes choses un si parfait disciple, imitateur et esclave de la Sagesse incarnée, Jésus-Christ, votre Fils, que j'arrive, à votre exemple et par votre intercession, à la plénitude de son âge sur la terre et de sa gloire dans les cieux. Amen ! » (ASE 227).
R/ Toi, Notre Dame, nous te chantons ; Toi, notre Mère, nous te prions !


Angelus Domini – le Mystère de l’Incarnation

Célébrant : Et pour terminer cette célébration, redisons ensemble la prière de l'Annonce faite à Marie, nous souvenant que Dieu est avec nous, tous les jours, jusqu'à la fin du monde, en son Fils Jésus, le charpentier, le fils de Joseph, le fils de la Vierge Marie.

Lecteur 1 & Lecteur 2:
*L' Ange du Seigneur apporta l'annonce à Marie.
R/ Et elle conçut du Saint-Esprit.
Je vous salue, Marie…
*Voici la servante du Seigneur.
R/ Qu 'il me soit fait selon votre parole.
Je vous salue, Marie…
*Et le Verbe s'est fait chair.
R/ Et il a habité parmi nous.
Je vous salue, Marie…
*Prie pour nous sainte Mère de Dieu.
R/ Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Prions ensemble :
Que ta grâce, Seigneur notre Dieu, se répande en nos cœurs.
Par le message de l'ange,
nous avons connu l'Incarnation de ton Fils bien-aimé,
fais que par sa Passion et par sa Croix,
avec le secours de la Vierge Marie,
nous parvenions à la gloire de la Résurrection.
Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen !


III. Les Tombeaux



Marche vers les tombeaux.
En chantant « O saint Montfort… » on se rend au tombeau du Père de Montfort et de la bienheureuse Marie-Louise, on les vénère et on signe son propre acte de Consécration.


1. Ô Saint Montfort, ami de Dieu,
Routier de Notre Dame,
Que pour Jésus ton cœur de feu
Ranime en nous la flamme !

2. Car tu vivais pour le Seigneur
Les jours de ton histoire:
Pour vivre encore selon son cœur
Nous chantons ta mémoire.

3. Tu ne marchais qu'au pas de Dieu,
En vrai témoin d'Eglise:
Pour rendre l'homme plus heureux
"Dieu Seul" fut ta devise.

4. La Croix en main et dans le cœur,
Sans nulle autre réclame,
Ancrait l'amour de ton Sauveur,
Au plus profond des âmes.

 












Envoi

Célébrant : La bienheureuse Vierge Mère éclaire notre chemin. Allons dans la paix du Christ.
R/ Nous rendons grâce à Dieu.

Chant : Tu as porté celui qui porte tout

Tu as porté celui qui porte tout,
notre Sauveur en ton sein a pris chair,
Porte du Ciel, Reine de l'univers,
ô Marie, nous te saluons !

Par amour, ton Dieu t'a choisie, Vierge bénie.
Le Seigneur exulte pour toi, tu es sa joie !

Tu accueilles, servante de Dieu, l'Ange des cieux.
La promesse en toi s'accomplit : tu as dit oui !

L'Esprit Saint est venu sur toi, élue du Roy.
Tu nous donnes l'Emmanuel, Eve nouvelle !

Mère aimante au pied de la Croix, tu nous reçois.
Par Jésus, nous sommes confiés à ta bonté.

______
Note :
Œuvres de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort

ASE   L’Amour de la Sagesse Éternelle
VD  Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge





@ Autour du Jour J
Note du Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge, 231-233:


[231] « Au bout de ces trois semaines, ils se confesseront et communieront à l'intention de se donner à Jésus-Christ, en qualité d'esclaves d'amour, par les mains de Marie. Et, après la communion qu'ils tâcheront de faire selon la méthode qui est ci-après,  ils réciteront la formule de leur consécration, qu'ils trouveront aussi ci-après; il faudra qu'ils l'écrivent ou la fassent écrire, si elle n'est imprimée, et qu'ils la signent le même jour qu'ils l'auront faite.

[232] Il sera bon que, ce jour, ils payent quelque tribut à Jésus-Christ et à sa sainte Mère, soit pour pénitence de leur infidélité passée aux voeux de leur baptême, soit pour protester leur dépendance du domaine de Jésus et de Marie. Or, ce tribut sera selon la dévotion et la capacité d'un chacun: comme un jeûne, une mortification, une aumône, un cierge; quand ils ne donneraient qu'une épingle en hommage, avec un bon cœur, c'en est assez pour Jésus, qui ne regarde que la bonne volonté.

[233] Tous les ans au moins, le même jour, ils renouvelleront la même consécration, observant les mêmes pratiques pendant trois semaines.
Ils pourront même, tous les mois et tous les jours, renouveler tout ce qu'ils ont fait, par ce peu de paroles: Tuus totus ego sum, et omnia mea tua sunt: Je suis tout à vous, et tout ce que j'ai vous appartient, ô mon aimable Jésus, par Marie, votre sainte Mère »


@ Membres & Engagement
Statuts de L’ASSOCIATION «MARIE REINE DES CŒURS» (FRATERNITÉ MARIALE MONTFORTAINE)


« Art. 9 - Celui qui, après la formation et la préparation nécessaires, prononce la consécration à Jésus, Sagesse Éternelle et Incarnée, par les mains de Marie selon la formule de Saint Louis-Marie de Montfort, peut être reçu dans l’Association.
L’incorporation se fait, après demande motivée du candidat et acceptation par le Directeur, au moment de la consécration émise en présence du directeur ou de son délégué et inscrite au registre de l’Association. ».


« Art. 10 - La consécration par laquelle le fidèle s’engage dans l’Association implique l’engagement à vivre, dans son propre état de vie, dans son propre milieu, dans son propre travail, l’esprit et la spiritualité légués par Montfort. Il cherchera à en faire l’âme de toute sa vie, à en imprégner toutes ses activités, tout son apostolat.
Renouvelant chaque jour sa consécration, il collabore, dans la mesure de ses possibilités et selon sa propre condition, à l’apostolat de la Compagnie de Marie suivant les directives du Directeur Général ».

+++




« Comme l'essentiel de cette dévotion
consiste dans l'intérieur qu'elle doit former,
elle ne sera pas également comprise de tout le monde:
quelques-uns s'arrêteront à ce qu'elle a d'extérieur, et ne passeront pas outre,
et ce sera le plus grand nombre;
quelques uns, en petit nombre entreront dans son intérieur,
mais ils n'y monteront qu'un degré.
Qui est-ce qui montera au second?
Qui parviendra jusqu'au troisième?
Enfin, qui est celui qui y sera par état?
Celui-là seul, à qui l'Esprit de Jésus-Christ révélera ce secret,
et y conduira lui-même l'âme bien fidèle pour avancer
de vertus en vertus, de grâce en grâce, et de lumières en lumières
pour arriver jusqu'à la transformation de soi-même en Jésus-Christ,
et à la plénitude de son âge sur la terre et de sa gloire dans le ciel » (VD 119).




Accueil



 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu