FOLLOW
Aller au contenu

Poitiers encore...

St. Louis-Marie > Sa vie

6° "Poitiers, rappelle-toi..."

Sous la pression de dénonciations malveillantes, le P. de Montfort doit quitter le diocèse de Poitiers. Nous sommes au début du carême 1706. C'est alors qu'il part à Rome à pied consulter le Pape Clément XI...

Pendant ce temps, Marie-Louise était seule à l'Hôpital général de Poitiers. Elle n'y a peut-être même pas revu le P. de Montfort. Il n'a ni adresse, ni domicile. Elle n'a reçu que quelques écrits de sa main. Elle semble s'accommoder de cette situation, tout en restant fidèle à la recherche de la Sagesse.
Cependant, les épreuves intérieures l'assaillent. Elle a faim de stabilité : "Vous serez religieuse, ma fille". Première tentative : entrer chez les Sœurs de la Charité : Mgr de la Poype l'en dissuade : "N'êtes-vous pas Sœur Grise ?"
Deuxième tentative : entrer chez les Bénédictines du Calvaire. Réponse du P. de Montfort : "Attendez avec patience et demeurez à l'hôpital".
Troisième tentative : entrer au Carmel : "Vous n'êtes pas assez robuste".
Trois fois, elle s'est trouvée devant une porte close et cette triple déconvenue, loin de l'angoisser, la confirme dans sa mission et la remet dans la paix. Elle sait qu'elle doit rester à l'Hôpital.
En 1707, elle en sera gouvernante et économe en 1714.
Le 8 décembre de cette même année, Catherine Brunet prend à son tour l'habit de la Congrégation naissante. Une pétillante poitevine à l'humeur enjouée est venue la rejoindre à l'Hôpital. Toutes deux se dépensent sans compter pour les pauvres et le 23 mars 1715, le P. de Montfort leur demande de quitter Poitiers pour aller fonder des écoles à La Rochelle. Elles y voient arriver deux autres compagnes et leurs classes regorgent d'élèves.

28 avril 1716 : un coup très dur pour Marie-Louise ! St Louis-Marie meurt, terrassé en pleine mission à St Laurent s/Sèvre. La Congrégation de la Sagesse n'est encore qu'une graine minuscule. Marie-Louise saura la gouverner, rendre les cœurs joyeux et pleins d'ardeur malgré les incommodités de toutes sortes qui se présentent dans les fondations.
En janvier 1719, Marie-Louise revient à l'Hôpital général avec Catherine Brunet et Anne Bourdin. L'évêque de Poitiers et l'administration leur offrent la direction de l'Hôpital et ils proposent à Marie-Louise d'y fixer le siège de sa Maison-Mère et de son Noviciat. Mais les conditions sont telles que Marie-Louise ne peut les accepter.
Elle rencontre Jacques Goudeau. Celui-ci lui suggère d'établir la Sagesse à St Laurent s/Sèvre, près du tombeau de St Louis-Marie. Ce qui fut fait.
En 1733, elle envoie deux Sœurs à Montbernage.
En 1739, Marie-Louise fit un séjour de plusieurs mois dans la maison des Pénitentes de Poitiers dont le P. de Montfort s'était occupé jusqu'à son départ pour Rome.
L'évêque, Mgr de Foudras, en confiant cet apostolat aux Filles de la Sagesse, aurait voulu qu'elles y vivent cloîtrées. Mais Marie-Louise exigea que cette condition ne soit pas requise. Elle resta fidèle à la spécificité de la Congrégation voulue par le P. de Montfort.
Le 28 octobre 1748, Marie-Louise reprend le gouvernement de l'Hôpital général de Poitiers qu'elle réorganise avec cinq Sœurs, puis elle retourne à St Laurent.
Elle assiste à l'éclosion de la branche masculine de la famille montfortaine: les Missionnaires de la Compagnie de Marie.
En 1750, dernière visite à Poitiers : les communautés de l'Hôpital général, de Montbernage et des Pénitentes furent heureuses de la retrouver. A Montbernage en particulier, la population lui fit un accueil enthousiaste.

Quand Marie-Louise meurt, le 28 avril 1759, à St Laurent s/Sèvre, la Congrégation de la Sagesse a vu se lever 122 religieuses réparties dans 35 communautés.
La fille du Procureur a fait de grandes choses.
Associée à l'œuvre missionnaire de St Louis-Marie Grignion de Montfort, elle a révélé aux petits l'amour du Christ pour les pauvres et les souffrants. Elle a vécu héroïquement la folie de l'Evangile.
Son itinéraire : le chemin assuré tracé par le P. de Montfort : rechercher la sagesse par Marie : "C'est par la Très Sainte Vierge Marie que Jésus-Christ est venu au monde et c'est aussi par elle qu'il doit régner dans le monde" (St Louis-Marie, Traité de la Vraie Dévotion).
Le P. de Montfort et Marie-Louise ne circulent plus dans les rues de Poitiers. Mais leurs Fils et leurs Filles n'ont pas cessé de les arpenter et, dix générations après, la lignée continue... L'église qui, en 1703, a vu entrer Marie-Louise Trichet vêtue du premier costume des Filles de la Sagesse, cette même église de Montierneuf a été, le 13 septembre 1992, le cadre de la profession perpétuelle de Marie-Dominique.
"Au cœur de ce monde, le souffle de l'Esprit met à l'œuvre aujourd'hui des énergies nouvelles".
"Fais du neuf dans ta vie".

Sr Madeleine du Christ-Roi f.d.l.s.
Le règne de Jésus par Marie, 94 (1993), n° 8, 24-25.


Retourner au contenu